Ah bon j'ai raté mon confinement ? ... ben je m'en fous !

Ah bon j'ai raté mon confinement ? ... ben je m'en fous !

Aujourd’hui, à l’heure du déconfinement, en visio, au téléphone, au bureau, sur les réseaux sociaux on entend :

« _ Alors tu as réussi ton confinement ?

_ Ben …

_ Comment ça tu ne sais toujours pas faire du pain ? Tu n’as pas appris une autre langue, fait du macramé ? Tu n’as pas pris le temps de trier tes armoires ? Tu n’as pas fait de bénévolat ? Tu n’as pas non plus créé un nouveau produit pour ton entreprise ? Tu ne t’es pas élevé-e spirituellement ?

_ …

_ Mais qu’est-ce que tu as fait pendant 2 mois ?!!? 

 

En cette période inédite, une nouvelle injonction est née : « il faut avoir réussi son confinement » !

Vous ne trouvez pas que nous en avions déjà assez d’injonctions ? 

Confinement, déconfinement, coaching professionnel, coaching d'équipe, Nantes, Catherine Ellissèche coach

Pour rappel, une injonction est un ordre nous plaçant dans une situation angoissante et absurde à laquelle s’ajoute des reproches, des jugements si vous n’avez pas respecté cette obligation. 

 

A ceux qui demandent « alors t’as réussi ton confinement ? Quoi ? T’as pas profiter de ce temps-là pour… !! », j’ai envie de leur poser cette question : « qui êtes-vous pour instaurer cette obligation de faire, de vivre de telle façon alors que nous avons été et sommes encore confronté.es à une situation totalement inconnue pour nous, pour l’humanité toute entière? Vous vous rendez compte ? TOUTE ENTIERE ! De l’inédit depuis le XIVème siècle ! ». Quoi de plus absurde et angoissant que de « s’obliger à profiter » d’une situation par essence anxiogène et bouleversante. Pourquoi, dans ce moment bouleversant, rester prisonnier d’obligations, du jugement ?  Même confiner chez nous, face à nous-même et ceux qui partagent nos murs, nous devrions encore subir le regard des autres ? 

 

Je vous invite aujourd’hui à choisir de ne pas subir, d’accepter ce que vous avez vécu comme quelque chose de juste, de juste pour vous et de le dire, d’avancer à votre rythme. A vous libérer de la culpabilité !

 

Pour ma part, en ce jour de déconfinement, je ne sais toujours pas faire de pain, je n’ai pas appris de nouvelles langues et j’ai toujours du bazar sur certaines de mes étagères. Et c’est totalement OK !

Alors oui, pendant ce confinement, j’ai encore fait des découvertes sur moi (gratitudes), j’ai renforcé et développé des idées pro, j'ai poursuivi le bénévolat, j’ai continué à projeter le monde comme j’aimerai qu’il devienne et j’ai quelques idées pour y participer. Mais j’ai aussi pleuré, j’ai aussi eu peur. Oh par pour moi. Mais pour les autres. Pour mes parents qui sont loin et dont je ne pouvais m’occuper (mais ils y ont très bien réussi tout seuls ! gratitude). Pour mes ami-es à risque, pour ceux malades et pour tous les autres, pour vous tous, pour l’Humanité. J’ai été perdue, ne sachant plus quoi faire. J’ai tourné en rond comme un lion en cage car je me sentais impuissante, je ne pouvais pas aller dans la Nature, m’asseoir au pied d’un arbre, contempler un papillon voler ou la mer scintiller, ces lieux pour me ressourcer. Qu’est-ce que cela m’a manqué ! Et j'ai ri aussi !

Je me suis vue dans toute ma fragilité. Et dans toute ma force aussi. Car oui  se confronter à ses angoisses, à ses manques, à ne pas réussir à rassurer ses besoins, c’est faire preuve de force, de résilience. Et là où nous pouvons nous féliciter : nous avons survécu et nous allons avancer.

 

Comme l’a écrit un inconnu, oui, « j’ai fait ce que j’ai pu… » et c’est déjà énorme ! 

 

Alors peut-être que pour certains, j’ai raté mon confinement ! Et bien je m’en fous ! Et je le dis sereinement et en paix avec moi-même, je suis fière d’ « être libre, imparfaite et heureuse » selon le très bon ouvrage de Christophe André. 

Soyez confiant.e : ce que vous avez vécu est juste, quoiqu’en pense le voisin ou votre collègue ou la société.

 

Vous avez fait ce que vous avez pu ? Et bien bravo !!! Félicitez-vous et dites-vous surtout que, sans le savoir, vous avez planté des graines et que vous serez surpris.e et émerveillé.e quand elles vont pousser.

 

Continuez à prendre soin de vous, toujours.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    Frédéric Demarquet (mardi, 12 mai 2020 20:03)

    Bravo Catherine! Très bel article et saine colère contre les injonctions et les normes. La bonne nouvelle avec les injonctions et les normes, c'est qu'on a le choix de ne pas les introjecter, ce que tu fais à merveille. Et pour celles et ceux qui ne comprennent pas cela, je suis juste triste pour eux... qu'ils ne viennent pas trop me chatouiller quand même �. Un grand merci pour ce partage �

  • #2

    Agnes Meurzec (mercredi, 20 mai 2020 09:00)

    Bravo pour cet article honnete et plein de verites...